Après 15 années d'ouverture, nous sommes aujourd'hui heureuses de vous accueillir dans une librairie rénovée à l'image de ce que nous voulons partager avec nos clients : sérénité, échange et convivialité à travers notre passion commune  : la lecture !

Caillebotte, Peintre des extrêmes
EAN13
9782754112048
ISBN
978-2-7541-1204-8
Éditeur
Hazan
Date de publication
Collection
MONOGRAPHIES
Nombre de pages
280
Dimensions
32 x 27 x 3 cm
Poids
2930 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Caillebotte

Peintre des extrêmes

De

Hazan

Monographies

Offres

Une monographie complète sur Gustave Caillebotte (1848-1894), rIchement illustrée de près de 200 reproductions. Le peintre de la vie moderne, tel que Baudelaire le rêve en 1846, n’est-ce pas lui ? N’est-ce pas Gustave Caillebotte (1848-1894) qui, trente ans plus tard, comblera cette attente ? Ce livre est né de cette interrogation et de ce qu’elle implique dans la relecture en cours de notre modernité.
D’abord relégué aux marges de l’impressionnisme, Caillebotte s’est vu revaloriser de manière éclatante depuis les années 1970. Artiste singulier, poète méthodique du Paris d’Haussmann, grand observateur du jeu amoureux, héros du yachting, fou de fleurs et de jardins, capable de tout peindre par horreur des redites, il joua un rôle crucial à d’autres titres. Collectionneur précoce des impressionnistes, il fut aussi l’organisateur de leurs expositions à partir de 1877.
Lorsque  Les Raboteurs de  parquet, refusés au Salon, firent sensation en 1876 à la deuxième exposition impressionniste, Caillebotte n’était pas le complet débutant qu’on voyait en lui. Au lendemain de la guerre franco-prussienne, il s’était formé auprès de Léon Bonnat, tout en fréquentant l’italien Giuseppe de Nittis, l’un et l’autre l’ayant mis sur la voie d’un réalisme sévère. S’ensuivit l’inscription à l’école des Beaux-Arts du jeune homme appelé, en somme, à faire carrière dans le sillage de ses mentors. Au contraire, Caillebotte montre une grande indépendance. Il se débarrasse vite de la théâtralité de Bonnat et du pittoresque de De Nittis. Ne reste que la puissance naturaliste, une énergie qu’il met au service d’un pays qui se reconstruit, d’un Paris qui se redessine.
L’historiographie récente ne dissimule pas sa préférence pour le Caillebotte le plus sujet, dit-on, au malaise existentiel, qu’il procède de son individualité ou de sa classe. Les tensions inhérentes à la plupart de ses chefs-d’œuvre croisent ainsi la psychologie des profondeurs et la sociabilité des élites. On parle volontiers d’un besoin d’élucidation, de maîtrise, en prise avec l’angoisse même de l’assumer ou la crainte de ne pas y parvenir. Mais il faut voir au-delà. La peinture de Caillebotte témoigne d’une puissance jusque dans ses œuvres les plus troubles. Son art oscille entre les extrêmes, sans jamais céder à l’euphorie banale d’un certain impressionnisme ni, à l’inverse, s’abandonner complaisamment au mal-être des années 1880.  La tension qui plane sur l’ensemble de l’œuvre demande à être reformulée. Elle nous livre l’une des clés de celui qui fut le vrai peintre de la vie et de la ville modernes.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Stéphane Guégan