Après 15 années d'ouverture, nous sommes aujourd'hui heureuses de vous accueillir dans une librairie rénovée à l'image de ce que nous voulons partager avec nos clients : sérénité, échange et convivialité à travers notre passion commune  : la lecture !

Correspondance intégrale, 1925-1939
EAN13
9782080264572
ISBN
978-2-08-026457-2
Éditeur
Flammarion
Date de publication
Collection
Histoire (1)
Nombre de pages
1084
Dimensions
24 x 15,5 x 3,5 cm
Poids
1080 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Correspondance intégrale

1925-1939

De ,

Traduit par

Flammarion

Histoire

Indisponible

Ce livre est en stock chez 15 confrères du réseau leslibraires.fr,

Cliquez ici pour le commander

Autre version disponible

En 1925, la princesse Marie Bonaparte se rend à Vienne pour consulter le Pr Sigmund Freud. Cette rencontre sera "le plus grand événement de ma vie", note l'arrière-petite-nièce de Napoléon Ier, princesse de Grèce et de Danemark.Durant quatorze années, ils échangeront près de neuf cents lettres jusqu'à la mort du fondateur de la psychanalyse, en 1939. Conservé à la bibliothèque du Congrès à Washington, cet ensemble de lettres est le dernier grand corpus de correspondance freudienne encore inédit.Passionnante de bout en bout, foisonnant d'informations sur l'introduction de la psychanalyse en France, cette correspondance raconte un monde appelé à disparaître au coeur duquel deux protagonistes des plus étonnants évoluent. Car entre la princesse venue pour soigner sa dépression et l'un des savants les plus influents de son siècle, une amitié naît, qui dépasse bientôt le cadre de l'analyse.

Leurs échanges donnent à voir un Freud tour à tour séduit, amusé, parfois lassé de cette patiente qui n'a de cesse de vouloir vivre pleinement sa vie amoureuse et questionne les conceptions freudiennes sur la femme à une époque où la quête du plaisir féminin reste profondément subversive."La dernière des Bonaparte", comme elle aimait à se qualifier, loin d'être la disciple dévote que l'on a parfois décrite, témoigne au fil des pages d'une liberté de pensée audacieuse. Quels que soient leurs désaccords, Freud verra en elle une élève loyale. De fait, elle ne le trahira jamais et mettra sa fortune au service de la Société psychanalytique de Paris (SPP), qu'elle contribua à créer et, avec l'aide de nombreux soutiens, se portera à son secours pour l'aider à quitter l'Autriche nazie en 1938.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...